Colloque « Zen, éthique et environnement »

12 et 13 octobre 2019
au temple bouddhiste zen de La Gendronnière

PRÉSENTATION

Le bouddhisme zen vient de célébrer les cinquante ans de son implantation en Europe. Cette tradition spirituelle ancestrale, qui d’Inde s’est transmise en Chine puis au Japon, est pratiquée aujourd’hui par de très nombreux Occidentaux.

Zen et éthique

Si la méditation assise, le zazen, constitue le cœur de sa pratique, le bouddhisme zen accorde également une place centrale à l’éthique. Les préceptes, ou règles de vie, sont omniprésents dans le quotidien d’un bouddhiste et sont à la source de toutes ses actions, celles du corps, de la parole et de la pensée. Un dicton zen dit que « le zazen et les préceptes sont comme les deux ailes d’un oiseau ». Ces préceptes peuvent être ramenés à trois grands principes d’une simplicité déconcertante : « Ne nuis pas, sois bienveillant et agis toujours pour le bien de tous les êtres. »

Zen et environnement

La crise écologique, le changement climatique pour lequel la responsabilité de l’homme ne fait plus débat, la disparition sous nos yeux de milliers d’espèces animales et végétales obligent aujourd’hui l’être humain à un profond examen de conscience et à un changement radical de ses comportements et de sa vision du monde.

Le temple zen La Gendronnière

Comme la majorité des temples zen européens, il s’inscrit dans une démarche de permaculture depuis plusieurs années, visant ainsi la mise en place d’un « mode d’action » systémique et global qui s’inspire de l’écologie naturelle. Dans ce contexte, une tradition comme le bouddhisme zen, en apportant une nécessaire dimension spirituelle, peut contribuer à la prise de conscience générale et proposer des réponses concrètes, applicables dans le quotidien : la pratique de la méditation sans objet, l’attention portée à chacune de nos actions même les plus dérisoires, la conscience claire de l’interdépendance de tous les êtres et de l’unité profonde de la nature.

Ce colloque est l’occasion de croiser les regards d’un enseignant du zen, spécialiste de l’éthique bouddhiste et d’un militant de longue date de la cause écologique, expérimentateur d’initiatives innovantes et pragmatiques.

Pendant la dernière matinée, des enseignants du zen, abbés de monastères, nous feront part de leur expérience dans la mise en place de solutions concrètes dans la gestion des lieux de pratique zen en Europe.

LES CONFÉRENCIERS

« Dernière minute : le maître zen Reb Anderson étant malheureusement malade, c’est le maître de l’AZI Gérard Chinrei Pilet qui donnera une conférence en remplacement. Merci pour votre compréhension. »

PIERRE RABHI

Paysan, écrivain et penseur français d’origine algérienne, Pierre Rabhi est l’un des pionniers de l’agriculture écologique en France. Depuis 1981, il transmet son savoir-faire en Afrique, en France et en Europe, cherchant à redonner leur autonomie alimentaire aux populations.

Pierre Rabhi appelle à l’insurrection des consciences pour fédérer ce que l’humanité a de meilleur et cesser de faire de notre planète-paradis un enfer de souffrances et de destructions. Devant l’échec de la condition générale de l’humanité et les dommages considérables infligés à la nature, il nous invite à sortir du mythe de la croissance indéfinie, à réaliser l’importance vitale de notre terre nourricière et à inaugurer une nouvelle éthique de vie vers une « sobriété heureuse ».

GÉRARD CHINREI PILET

Disciple de Maître Deshimaru qu’il rencontre en 1970 et dont il reçoit l’ordination de Bodhisattva en 1975 et celle de moine en 1978, Gérard Chinrei Pilet enseigne le bouddhisme zen Sôtô au dojo zen d’Annonay, en Ardèche. Outre cela, il dirige des sessions de méditation en France et à l’étranger.

Chinrei Gérard Pilet a reçu la transmission du Dharma de Yuko Okamoto en 2009.

Il est actuellement vice-président de l’AZI.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.